0 9 minutes 2 mois
Spread the love

C’est la deuxième édition de l’atelier de formation Régionale en Afrique Francophone de formateurs sur l’Agro écologie au Sénégal suite la décision de Slow Food en 2023 d’organiser deux sessions de formation dans les deux régions Afrique Anglophone et Afrique francophone ;En septembre dernier, une première formation régionale en Afrique francophone avec la participation de 37 militants formateurs de 15 pays francophones d’Afrique de l’Ouest, d’Afrique centrale et d’Afrique du Sud avait eu lieu en virtuel ;Au Sénégal , SlowFood organise la deuxième édition de son atelier de formation régional de formateurs sur l’Agro écologie du 2 au 5 février 2024 en présentiel à Dakar sur le thème : l’agro écologie pour la protection des systèmes alimentaires africains. De l’avis de Mr Jean Marie Koalga Conseiller international Slow Food Afrique de l’Ouest et Afrique francophone lors de l’ouverture de l’atelier » cet atelier que nous organisons en collaboration avec le REDES notre partenaire, constitue la formation de formateurs sur l’Agro écologie ; c’est le premier contingent formé au Sénégal à Dakar ‘ ;L’atelier rassemble des chercheurs, des entreprises alimentaires des producteurs d’aliments , des agriculteurs et des partenaires de développement, des tuteurs, pour réfléchir sur les systèmes alimentaires et de production conformément à la vision SlowFood en faveur de la transformation des systèmes alimentaires africains grâce à sa vision au déploiement de technologies révolutionnaires et de systèmes alimentaire et mode de production durable set tracer une feuille de route pour un système alimentaire slowfood au Sénégal et dans les, autres paysPour le Conseiller Jean Marie Koalga de SlowFood Afrique « l’objectif de l’atelier est de faciliter un secteur alimentaire robuste afin de fournir des aliments de qualité adéquate, accessibles et abordables. Les participants venus de pays surtout du Sénégal doivent élaborer des projets/plans d’action à valider au Sénégal qui seront probablement financés pour être mis en œuvre en 2024.La formation des formateurs qui concernent deux thématiques ‘ Peuples autochtones et valorisation culturelle’ et’ jardins potagers et agro écologie’ a plus ciblé les jeunes et les femmes venant du Benin , du Burundi, de Burkina Faso, du Cameroun de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Mali , de Madagascar ,du Maroc ,de la Mauritanie, du Togo, du Sénégal , de la RDC, du Rwanda .Les résultats attendus au sortir de l’Atelier régional sont d’une part de disposer de personnes très bien imprégnées de Slow Food et de sa philosophie, mais aussi des militantes et militants mais aussi l’identification des défis qui impactent les systèmes alimentaires africains ;Slow Food encourage les citoyens à prendre conscience de l’importance du goût et de la provenance de notre nourriture, tout en respectant la biodiversité, la culture et l’environnement, donc à consommer des aliments provenant de l’agriculture locale, afin de se réapproprier les plaisirs de bien manger. Tout en réclamant le droit au plaisir d’une nourriture de qualité, et par conséquent le devoir de protéger l’héritage de produits, de traditions et de cultures qui rendent ce plaisir possibleL’atelier permettra l’amélioration des connaissances des participants sur la production d’aliments, l le maintien des variétés locales, la diversité de chaque pays, le goût de chacun des participants et de partager les habitudes alimentaires, les bonnes pratiques alimentaires pour contribuer à l’opérationnalisation de la vision SlowFood en Afrique et de l’épouser ;Au Sénégal , les causes des mélanges d’aliments tout au long de la chaîne de valeur des aliments , les lacunes manquantes dans le processus de développement des aliments , fournira des connaissances techniques sur la production des aliments de qualité, de bonnes pratiques agronomiques et de stockage, et de partager les connaissances sur la voie à suivre pour une production durable d’aliments selon les culture et la biodiversité à conserver .un mode de vie à préserverL’un des principaux résultats envisagés pour l’atelier qui a réuni en sa phase physique des participants formateurs choisis au regard des rendements dans les devoirs et aussi en tenant compte de la logistique pour l’accueil en physique, en partenariat avec le Réseau des Ecovillages (REDES-ECOVILLAGES) est la disponibilité et l’accessibilité abordable d’aliments de qualité , l’acquisition de compétences pour la production d’ aliments de qualité, au renforcement des capacités des entreprises alimentaires et des producteurs de aliments, le respect des bonnes pratiques et la bonne compréhension de la vision de SlowfoodSlow Food contribue beaucoup au renforcement de compétences et de capacités dans les réseaux nationaux. des membres retenus au nom de leurs pays et réseaux nationaux respectifs et qui doivent avoir à l’esprit leur contribution au renforcement de leur communauté et du réseau national.Pour cette deuxième édition de l’atelier de formation Régionale en Afrique Francophone de formateurs sur l’Agro écologie au Sénégal, cinq (5) séances ont été retenues avec des thématiques pertinentes et qualifiantes pour participants axées sur le lancement de la formation,-le réseau slow food et la biodiversité, l’appel à l’action de Slow Food avec les trois piliers fondamentaux ,la biodiversité, l’ éducation et le plaidoyer, la communauté slow food , l’ arche du gout avec le signalement des produits en disparition, l’agroécologie,-le jardin potager Slow Food , les droits des peuples autochtones, la conceptualisation d’un projet/plan d’action ;En plus, les tuteurs mettront à profit la formation non seulement pour accompagner les participants à la révision de leurs projets, aux Conseils sur la prise de parole en public pour préparer la présentation de leurs projets. Mais aussi effectuer une visite de terrain à Ndem organisée par leREDES.À noter que Slow food est un mouvement pour l’alimentation et la biodiversité dont le but est de contrer le phénomène des fast-foods, des plats préparés et de l’agriculture industrielle, en encourageant les citoyens à prendre conscience de l’importance du goût et de la provenance de notre nourriture, tout en respectant l’environnement. Son fondateur Carlo Petrini en tant que critique culinaire, refusait de voir venir la malbouffe dans le monde. De plus, il a vite réalisé que parler de gastronomie et de bonne recette devenait dérisoire, lorsque chaque jour des variétés de fruits et légumes pouvait disparaître. Il a alors créé le mouvement Slow Food pour réapprendre aux gens à mieux consommer, mais aussi pour sauvegarder la diversité des cuisines à travers le monde.Le mouvement Slow Food promeut ” Le droit à la qualité qui doit être le même pour tous “.tandis que son partenaire le Réseau des Eco villages (REDES-ECOVILLAGES) travaille en partenariat avec les municipalités dans ses zones d’intervention et avec les associations communautaires riveraines du fleuve Sénégal dans un programme de grande envergure, centré autour de la réalisation de pépinières arboricoles et de vergers communautaires, de l’organisation de campagnes de reboisement et d’ateliers de formation en pratiques Agro éco villageoises afin de mieux contribuer à la régénération et à la préservation des écosystèmes de la vallée du Sénégal, et à œuvrer pour un Sahel vert et prospère .Le Slow Food se fonde à redonner sa place à l’alimentation dans la société, en protégeant la biodiversité, la nature et l’environnement tout en valorisant les produits locaux, les saveurs et traditions locales provenant de chaque culture et terroirBabacar Séne Journal Agropasteur/babaclimat

Laisser un commentaire