0 4 minutes 7 mois
Spread the love

La vingt et unième session du Comité chargé de l’examen de la mise en œuvre de la Convention (CRIC 21) à Samarcande devrait servir de marqueur essentiel dans les efforts en cours de la Convention pour accélérer les progrès en matière de restauration des terres et de résilience à la sécheresse. 

En réunissant des experts, des dirigeants et des délégués de 196 pays et de l’Union européenne, la réunion constitue une arène majeure pour l’échange d’idées de pointe. Cette mise en commun de l’expertise mondiale favorise non seulement des solutions productives, mais facilite également la prise de décision conjointe, garantissant une approche coordonnée face aux défis environnementaux urgents. 

Le CRIC21 se concentrera sur des objectifs stratégiques allant de la gestion durable des terres et de la résilience à la sécheresse à des droits fonciers garantis et égaux pour les femmes. L’événement offrira également une plateforme pour discuter des crises émergentes exacerbées par le changement climatique, telles que les tempêtes de sable et de poussière et les incendies de forêt. 

Se déroulant à mi-chemin entre les Conférences semestrielles des Parties (COP) à la CNULD, les enseignements issus du CRIC21 aideront à définir les prochaines étapes pour toutes les parties prenantes, en fournissant une feuille de route claire et ciblée pour la COP16 de la CNULD, prévue  à Riyad, en Arabie Saoudite, en 2024.

Alors que la réunion de haut niveau de la Convention en Asie centrale approche, nous vous souhaitons la bienvenue à ce débat sur les raisons pour lesquelles les rassemblements mondiaux et régionaux sont un élément essentiel du processus de la Convention.

Le Comité chargé de l’examen de la mise en œuvre de la Convention (CRIC) a été créé en 2001 en tant qu’organe subsidiaire de la Conférence des Parties (COP).

Son objectif est d’aider la COP à examiner régulièrement la mise en œuvre de la Convention. Le CRIC fait également partie intégrante du  système d’examen des performances et d’évaluation de la mise en œuvre  (PRAIS).  

C’est la vingt et unième session du Comité chargé de l’examen de la mise en œuvre de la Convention (CRIC 21) de la CNULD qui se tient  à Samarkand, en Ouzbékistan.

Lorsque les terres sont dégradées ou frappées par la sécheresse, elles perdent leur capacité à accueillir la vie, ce qui entraîne toute une série de conséquences allant de mauvaises récoltes à la migration et aux conflits.

Aucun pays n’est à l’abri de la sécheresse et de ses conséquences. Aggravés par le changement climatique, les impacts de la sécheresse devraient augmenter en gravité et en durée, affectant tous les secteurs de la société : agriculture, énergie, soins de santé, transports et tourisme.

La Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD) a été créée en 1994 pour protéger et restaurer nos terres et garantir un avenir plus sûr, juste et plus durable. 

Babacar sene babaclimat /Journal Agropasteur

Laisser un commentaire