0 6 minutes 1 mois
Spread the love

C’est un financement de 7,3 millions de dollars accordé par Affaires Mondiales Canada  au Mécanisme africain de financement du développement des engrais (MAFDE) pour améliorer la productivité agricole durable et les moyens de subsistance des petits exploitants agricoles à travers l’Afrique, en particulier les femmes et les jeunes.

Ce financement aidera le mécanisme à répliquer ses programmes de garantie de crédit, permettant aux importateurs et aux agrégateurs d’engrais de se procurer le produit à crédit. Il stimulera également les efforts visant à améliorer la santé des sols et à fournir une assistance technique aux agriculteurs.

Signé le 25 mars 2024, l’accord de financement destine spécifiquement 10 millions de dollars canadiens au programme « Favoriser la productivité agricole de l’Afrique grâce au financement de la chaîne de valeur des engrais » (FOSTER) du mécanisme. Administré par le Groupe de la Banque africaine de développement, le mécanisme fournit des financements innovants pour accélérer l’utilisation des engrais en Afrique et améliorer la productivité agricole dans l’ensemble des pays membres régionaux de la Banque qui  est la première institution multilatérale de financement dédiée au développement de l’Afrique présente sur le terrain dans 44 pays africains, avec un bureau extérieur au Japon, et contribue au développement économique et au progrès social de ses 54 Etats membres régionaux.

« Nous remercions Affaires mondiales Canada pour son soutien visant à faire progresser la mise en œuvre du Plan stratégique 2022-2028 du Mécanisme africain de financement du développement des engrais, qui vise à élargir l’accès au financement par des investissements en capital et des réformes politiques, entre autres priorités, qui profitent aux petits exploitants agricoles d’Afrique », a déclaré Beth Dunford, vice-présidente chargée de l’Agriculture, du Développement humain et social à la Banque.

Les engrais sont essentiels à la production alimentaire, mais ils sont largement sous-utilisés dans le secteur agricole de l’Afrique subsaharienne en raison des ressources financières limitées et du manque de savoir-faire technique des agriculteurs.

Le programme FOSTER cible 800 000 petits exploitants agricoles, 40 % des bénéficiaires prévus étant des femmes et 10 % des jeunes. Il vise à donner accès à 80 000 tonnes d’engrais organiques et inorganiques et à en améliorer l’utilisation, ce qui devrait permettre d’augmenter les rendements de 30 %.

Ahmed Hussen, ministre canadien du Développement international, a déclaré : « Le Canada est fier de soutenir une agriculture résiliente, intelligente face au climat et des systèmes de production alimentaire adaptables en Afrique. Nous restons déterminés à promouvoir une croissance inclusive et verte en partenariat avec la Banque africaine de développement, notamment par le biais de notre contribution au Mécanisme africain de financement du développement des engrais. »

Dans le cadre du programme FOSTER, le mécanisme accordera des facilités de garantie de crédit à la chaîne d’approvisionnement en intrants dans huit pays africains. Le programme facilitera également la formulation de politiques et de cadres réglementaires en matière d’engrais afin de favoriser des pratiques de gestion des sols durables et sensibles au genre.

Marie Claire Kalihangabo, coordinatrice du mécanisme, a accueilli Affaires mondiales Canada comme nouveau membre et s’est déclarée prête à collaborer avec le Canada pour remplir efficacement le mandat du MAFDE.

Le programme FOSTER s’aligne sur l’Agenda 2030 et les Objectifs de développement durable des Nations unies, l’Agenda 2063 de (https://apo-opa.co/3Q2yLVd) l’Union africaine et la Déclaration de Malabo (https://apo-opa.co/3Q3YJrF). Le programme résonne également avec la politique d’aide internationale féministe du Canada et ses efforts en faveur de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes. Il vient également compléter l’initiative canadienne « Engrais et santé des sols en Afrique », qui vise à renforcer la sécurité et la durabilité alimentaires.

Cette initiative vise à transformer l’agriculture africaine en un secteur productif, compétitif et durable grâce aux pactes nationaux de fourniture de denrées alimentaires et de produits agricoles qui ont été élaborés lors du Sommet Dakar 2 sur l’alimentation en Afrique qui s’est tenu en janvier 2023 et qui a été coorganisé par la Banque africaine de développement.

L’annonce du financement du Canada intervient quelques semaines seulement avant le Sommet africain sur les engrais et la santé des sols de la Commission de l’Union africaine, prévu du 7 au 9 mai 2024 à Nairobi.

Babacar sene Journal Agropasteur /babaclimat(source Group pour African Development Bank Group (AfDB) Département de la communication et des relations extérieures)

Laisser un commentaire