0 7 minutes 2 mois
Spread the love

Le Niger a sa Chambre d’Agriculture organisée en Réseau des Chambres d’Agriculture du Niger Selon. Le Président du RECA » Les Chambres d’agriculture du Niger ont été créées par la Loi 2000-15 du 21 août 2000, complétée par le décret d’application du 18 mai 2001.Il faudra cependant attendre 2004 et 2005 pour que des élections des représentants consulaires soient organisées et que les huit Chambres Régionales d’Agriculture (CRA) soient effectivement mises en place après l’élection de leurs bureaux par les membres consulaires. Le Réseau National des Chambres d’Agriculture (RECA) sera mis en place en juillet 2006.En décembre 2018, le RECA a tenu une assemblée générale élective, 4ème depuis sa création.Elle a permis le renouvellement des 6 membres du bureau exécutif.Le démarrage des activités des premières Chambres Régionales d’Agriculture se situe en 2009 et a concerné les CRA de Diffa et Zinder.Aujourd’hui, en 2019, les 8 CRA sont fonctionnelles et apportent des services variés à leurs ressortissants, c’est à dire les professionnels agricoles et leurs organisations de producteurs : représentation sur des thèmes en fonction de leurs préoccupations et aussi de l’actualité, conseil agricole (conseil de gestion à l’exploitation, conseil phytosanitaire, etc.), formation de jeunes agriculteurs et agricultrices, accompagnement de l’accès au crédit agricole, mais aussi accompagnement des associations des usagers de l’eau ou des infrastructures marchandes.Au Niger les Chambres d’Agriculture sont des « établissements publics à caractère professionnel ».Elles ont été mises en place par une loi votée par l’Assemblée nationale mais ce ne sont pas des organisations de producteurs de l’Etat. C’est l’adjectif « public » qui semble souvent prêter à confusion : public ne veut pas dire que c’est un service de l’État mais un « service d’intérêt général », c’est-à-dire une activité considérée par la puissance publique comme devant être disponible pour tous. La loi a confié aux Chambres d’Agriculture des missions d’intérêt général : représentation des agriculteurs, éleveurs, pêcheurs, exploitants forestiers, appui conseil / vulgarisation, formation, information des professionnels agricoles. La 4ème mandature , le RECA vient d’élaborer son plan de développement stratégique (PDS) 2019-2022, suite du précédant, avec pour objectif global de développer et promouvoir des services utiles à l’endroit des professionnels Agricoles, l’ accent sera mis sur les éleveurs, les femmes et les jeunes dont les enjeux incitent à renforcer la participation de la profession Agricole dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques et stratégies Agricoles améliorer et préserver le potentiel de production, accompagner les exploitations Agricoles (production végétales, élevage, pisciculture…) pour une meilleure sécurité alimentaire, une amélioration des revenus et des productions durables, renforcer les métiers de l’agriculture en prenant notamment en compte une place privilégiée aux jeunes et aux femmes , renforcer les CRA et les organisations de producteurs et renforcer les capacités organisationnelles du RECA. Le Sénégal s’est inscrit depuis 2017.dans la voie d’aller vers des dynamiques organisationnelles capables d’impulser et d’accompagner le développement du secteur agricole pour mettre en place les chambres d’agriculture dont leur but est de contribuer non seulement à l’amélioration de la performance économique, sociale et environnementale des exploitations agricoles et de leurs filières mais aussi à accompagner, dans les territoires, la démarche entrepreneuriale et responsable des agriculteurs ainsi que la création d’entreprise et le développement de l’emploi. Depuis 2017 donc le Sénégal a entamé la réflexion sur la création de chambres d’agriculture et sur le développement agricole et rural du pays considérant le progrès agricole comme une condition déterminante de l’émergence du pays avec des leaders paysans et de plateformes agricoles de grande qualité avec des membres , engagés dans un processus de professionnalisation et de développement économique inscrit dans la nouvelle priorité donnée à l’agriculture par les autorités .En parcourant le décret 2022 -1777 portant répartition des services de l’état et du contrôle des établissements publics des sociétés nationales et des sociétés à participation publique entre la Présidence de la République la Primature et les Ministères l’article 4 relatif au Décret N 2020-21 00 du 01 Novembre 2020 portant répartition des services de l’état et du contrôle des établissements publics des sociétés nationales et des sociétés à participation publique entre la Présidence de la République, le Secrétariat Générale du Gouvernement et les Ministères, il est stipule que le contrôle des établissements publics énuméré ci dessous relève des ministères Ainsi au Ministère de l’Agriculture , de l’Equipement Rural et de la Souveraineté Alimentaire/MAERSA on retrouve en bonne place- Chambre nationale d’Agriculture ;- Chambres régionales d’Agriculture ;Autant d’atouts militant à la mise en place de chambres d’agriculture qui soient de vrais outils « pour et par les agriculteurs sénégalais ».au même titre que les Agriculteurs ivoiriens burkinabés ,tchadiens , nigériens , maliens béninois ,,togolais et guinéens entrés autres réunis autour de leurs Chambres d’agriculture de leurs pays. Outre les anciens établissements Il est d’une nécessité impérieuse aujourd’hui d’aller vers des dynamiques organisationnelles capables d’impulser et d’accompagner le développement du secteur agricole. Babacar sene journal Agropasteur/babaclimat Photo du Président Oumar Sakho de l’UNDR à la Chambre d’Agriculture du Mali ici à la Chambre Régionale de Koulikoro /Mali

Laisser un commentaire