0 14 minutes 3 semaines
Spread the love

Un tour dans la région de Kaolack nous fait découvrir l’intervention du PAIS dans cette région, une des localités où intervient le Projet après Kolda et Sédhiou  où le Programme intervient dans les régions de Sédhiou, Kaolack et de Kolda, principalement dans la riziculture et le financement en milieu rural.. Selon le Chef d’Antenne Régionale PAIS Kaolack, c’est véritablement un type  de programme  dont le binôme Sécurité alimentaire / Développement économique local sous-tendent  à suffisance  grâce à l’accompagnement de nos principaux partenaires notamment  l’État du Sénégal  et la Coopération Italienne. Ce programme dont l’objectif  global est de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire des populations des régions d’intervention du programme de coopération Italie – Sénégal dans une logique de développement concerté et durable au niveau local est d’un montant  environ de plus de 11Milliards à peine 12 Milliards de francs CFA , et cible les Groupements d’intérêt Economiques(GIE), les Groupements de Promotion  Féminine ( GPF) ,les Organisations  de producteurs(OP) les Organisations Paysannes(OP), les Collectivités locales(CL). Il s’agit de mettre en place des activités de développement de la riziculture dans les régions de Sédhiou, Kaolack et de Kolda la zone d’intervention du PAIS. Cela se fera par l’aménagement de 2400 ha de vallée pour la riziculture pluviale, la réhabilitation des rizières dégradées et l’aménagement d’ouvrage anti érosion contre l’ensablement des rizières. Selon Mr Massar D . Ndiaye le Chef d’Antenne Régionale de Kaolack ‘la durée du PAIS qui a débuté en 2016 va finir en 2025 et estime que sur 500 Centres et Communautés Rurales,  les bénéficiaires directs sont au nombre de 200.000 personnes tandis que les bénéficiaires indirects  à 1408 855 personnes soit 70% de la population totale des régions d’intervention) » Avec le PAIS  c’est aussi des objectifs  spécifiques notamment le soutien de la  souveraineté alimentaire du Sénégal à travers l’amélioration durable des productions de la riziculture pluviale, mais aussi  l’intensification durable  de l’agriculture à travers l’empowerment des femmes et des jeunes agriculteurs dans la riziculture pluviale, le maraichage, la transformation après-récolte et la commercialisation des produits agricoles. C’est aussi le renforcement de compétences techniques des bénéficiaires et des acteurs du Projet en plus de l’appui à la gouvernance institutionnelle et aux  autres acteurs de l’’agriculture durable et de la sécurité alimentaire au niveau central et local.. Le Chef d’Antenne Régional du PAIS à Kaolack  s’est évertué à lister les activités menées par le projet PAIS Région de Kaolack  avec la mise en place du Fonds Agricoles de Développement (FAD) la mise en place des  Fermes familiales, L’Appui Covid-19,L’Appui Relance Multiplication de Semences, les Mesures d’accompagnement, L’Appui institutionnel DRDR Kaolack , le Développement de synergies avec les Projets et Programmes, le développement du Partenariat. En revenant sur les résultats attendus, Mr Ndiaye a mis le focus sur  les cinq résultats globaux que le PAIS vise à atteindre et qui sont déclinés en termes d’amélioration de la production et des rendements agricoles, mais aussi d’appui à la riziculture pluviale et l’intensification des itinéraires techniques culturaux et le soutien à la mécanisation .Ces résultats sont également déclinés en termes d’amélioration de la  productivité agricole par la mise en place des FAD  et la mise en place de financement de microprojets et méso projets . C’est aussi le renforcement des  compétences des bénéficiaires et autres acteurs à travers l’assistance aux producteurs par l’utilisation de semences, la mise en place de banques de semences, la Recherche – Développement, l’appui  au développement de thématiques techniques et l’assistance technique et la formation des bénéficiaires et acteurs. Entre autres résultats le Chef d’Antenne Régionale n’a pas manqué de citer  le renforcement de la gouvernance des acteurs du secteur agricole à travers l’audit mené mais aussi la participation à l’exposition de Milan, la réalisation de projets pilotes démonstratifs et la réalisation d’études diagnostiques dans les régions d’intervention ; c’est aussi le Suivi Evaluation  érigé et la communication pour la visibilité du projet . Le PAIS  a en outre enregistré des résultats probants  dans l’appui institutionnel ,la collaboration avec les Institutions Italiennes d’excellence dans le secteur agricole mais aussi dans la mise  à disposition des producteurs d’intrants de qualité ,la  modernisation du matériel agricole, la réhabilitation et la création d’infrastructures au service de la production agricole et dans le partenariat avec des OP et des Structures de développement agricole et rural.. Le PAIS c’est véritablement un type  de programme  dont le binôme Sécurité alimentaire / Développement économique local sous-tendent  à suffisance  grâce à l’accompagnement nos principaux partenaires notamment  l’État du Sénégal  et la Coopération Italienne .Le PAIS mettra en place des Fonds Agricoles de développement (FAD) pour le renforcement des capacités des femmes et des jeunes agriculteurs dans la riziculture pluviale, le maraichage, la transformation après-récolte et la commercialisation des produits agricoles (crédit concessionnel)..Des activités de recherche-développement seront planifiées pour renforcer les capacités des  bénéficiaires et développer des thématiques techniques prioritaires pour le programme (genre et agriculture, intensification durable de la riziculture pluviale, transformation et conservation post-récolte des produits agricoles)..Le programme mettra également en place des activités de renforcement de la gouvernance de l’agriculture durable et de la sécurité alimentaire des acteurs institutionnels, du secteur privé et de la société civile au niveau central et local.. Pour l’atteinte des résultats jugés satisfaisants par les bénéficiaires,  le Programme Agricole Italie Sénégal PAIS  s’est inscrit dans une dans une stratégie d’intervention basée sur la mise en œuvre du Fonds Agricole de Développement  (FAD) avec un  levier essentiel le financement de cibles composés des OP , des GIE, des GPF et des Individuels hommes femmes et jeunes des régions de  Kaolack, Sédhiou et Kolda avec  La Banque Agricole LBA et l’UIMCEC comme partenaires financiers dans  le financement  des bénéficiaires. . Somme toute la caractérisation des bénéficiaires des financements durant les cinq premières années, à savoir du 2019 à 2024 révèle un total de  1 870 Jeunes en plus des mesures d’accompagnement en termes d’Information et de Sensibilisation des populations sur les FAD, mais aussi d’accompagnement et de supervision du processus d’instruction des demandes de financement et de Suivi et de supervision de la mise à disposition, de l’investissement et du remboursement des crédits, de la formation des bénéficiaires, la Recherche- Développement avec l’ISRA, l’évaluation FAD à Kaolack et le suivi des projets financés.. Ainsi de 2019  au 31 Janvier 2024 le Fonds Agricoles de Développement (FAD)  a pu refinancer dans la région de Kaolack 173  projets  pour 37% OP et 63% individuels en plus des  140 projets de grandes cultures, 14 projets de commercialisation,  12 projets de maraîchage et 7 projets de transformation ; somme toutes pour  1 870 bénéficiaires directs dont 50% femmes et 60 % de Jeunes et 18 700 bénéficiaires indirects pour un financement de  338 249 400 F CFA crédits accordés aux taux de 5,5 et 6,5% .Néanmoins des limites ont été notées dans la mise en œuvre des FAD impactés  par le changement climatique mais aussi le retard observé de la pluviométrie et de sa régularité, et la dégradation des terres  doublée de la salinisation et  la baisse de fertilité .D’autres limites se rapportent à la  Compétitivité des filières agricoles, à l’octroi de crédits où la rareté la qualité et les coûts des intrants et les faibles capacités techniques doublés du déficit d’information et de sensibilisation des populations sur les FAD et la faiblesse du nombre de projets, constituent des écueils à soustraire . Quant aux avantages  pour la mise en œuvre  des FAD, elles se limitent outre l’implication  effective des Autorités administratives  dans le processus de présélection des projets et le  recouvrement des Crédits, au renforcement  des Capacités de refinancement des Institutions Financières, à l’amélioration de l’accès des producteurs/trices et de leurs OP aux financements & aux facteurs de production, à la contribution des FAD à l’amélioration des capacités de production et des revenus des Bénéficiaires, au renforcement des capacités d’intervention des DRDR, la facilitation aux bénéficiaires à l’accès à l’Appui Conseil, à la prise en compte de la dimension genre : Jeunes (60%) & Femmes (50%), l’amélioration  et la  facilitation de l’accès aux crédits pour les transformateurs/trices, les horticulteurs/trices et la commercialisation ; c’est aussi la poursuite les activités d’Information de sensibilisation et de communication des populations sur les opportunités des FAD, la poursuite de la Formation sur la Transformation & Commercialisation et la vulgarisation de Fiches techniques sur cultures . Ainsi le projet PAIS a mis en place des  fermes familiales au nombre de 9 fermes familiales équipées au solaire au profit de 5 GPF et 4 GIE pour 252 bénéficiaires directs dont 89% femmes et 34 % de Jeunes et  2 520 bénéficiaires indirects pour un montant de 102 540 000 F CFA d’investissement. Le PAIS a également appuyé lors de la COVID19 ses bénéficiaires de 195 Tonnes d’Urée et de 229 Tonnes de  Triple 15 dans 32 Communes bénéficiaires. Il a contribué également à la relance Multiplication de Semences en octroyant 302 kg de Pomme de terre,   895 Vitro-plants d’Ananas, 2 526 Vitro-plants de Bananier, 7 140 Boutures de Patate douce et en distribuant 1 385 kg de semences de riz Pré base.. En outre le PAIS a procédé à des Mesures d’accompagnement grâce auxquelles  869 personnes sont  informées et sensibilisés sur les FAD dans 39 communes : 40% de femmes et 21% de Jeunes, et  105 bénéficiaires des appuis  dont 35% femmes et 12% Jeunes formés en Education financière (EF) et Gestion administrative, comptable et organisationnelle. En plus 83 bénéficiaires dont 28% femmes et 16 % Jeunes ont bénéficié de la formation  sur les ITC et les BPA en grandes cultures et  134 bénéficiaires dont 61% de femmes et 20% de Jeunes  sur les Bonnes pratiques en horticulture (BPH). Le PAIS a réalisé des missions conjointes (DRDR/PAIS) et (PAIS/DRH) et  de suivi et d’accompagnement des Fermes et projets FAD, mais aussi des missions conjointes (LBA/PAIS) de recouvrement des crédits ; L’appui institutionnel n’est pas occulté pat le PAIS en dotant d’un appui la  DRDR Kaolack, il a aussi réhabilité des locaux du Service semencier de la DRDR et de ceux du SDDR abritant l’Antenne départementale du PAIS à Nioro ;Le développement  de synergies avec les Projets et Programmes a été un axe fort entrepris par la PAIS notamment avec  le Provale-CV, Seen Suuf/GIZ, TPE/ENDA-Graf/ENABEL, le Programme SHEP/DHORT/JICA, le PNBio Gaz, l’USSEIN, Dolel Mbay/USAID et le  Projet ALATAK/CNCR. Quant au développement du partenariat, le PAIS a su parfaire son ancrage territorial, local, technique et scientifique  grâce aux partenariats noués  avec l’administration territoriale et locale mais aussi avec  la DRDR la DFPO/MAERSA ,, l’ANIDA, la  CCIAK, l’ANCAR/BAS, l’ARD, la DRH, l’ISRA, la LBA et l’UIMCEC. De ces résultats obtenus malgré  les limites observées dans la mise en œuvre du projet Mr Ndiaye s’est inscrit dans  de bonnes perspectives . Babacar Sene Journal Agropasteur /babaclimat

Laisser un commentaire