0 4 minutes 7 mois
Spread the love

En situant l’évolution du mil dans son contexte , le Millet se confirme pour sa résilience à la sécheresse et sa valeur nutritionnelle, et son retour durable dépend de l’acceptation des consommateurs. Cette histoire fait partie de « Rerooted de la »Fondation Thomson Reuters/Karif Watq, une série contextuelle sur l’avenir des cultures sur une planète en réchauffement, explorant comment nous pouvons produire suffisamment d’aliments nutritifs pour une population mondiale croissante tout en protégeant le climat et la nature. Le mil gagne du terrain dans les fermes et les cuisines; des recettes sont utilisées pour promouvoir la culture ancienne ;Malgré cet engouement , l’offre est limitée car de nombreux agriculteurs s’en tiennent au riz. A KAURIKALA, en Inde , au volant d’un scooter électrique rouge sur les routes de campagne de l’est de l’Inde, Sanjulata Mahanta est devenue une sorte de figure emblématique du mil depuis qu’elle a stupéfié ses concitoyens du village en plantant cette céréale rustique – et en réalisant des bénéfices – il y a trois ans. »Les gens se moquaient de moi et disaient que je faisais pousser de l’herbe », a déclaré Mahanta, 35 ans, par une matinée humide alors que les agriculteurs du village de Kaurikala, dans l’État d’Odisha, se rassemblaient sous un arbre pour un atelier sur le mil mêlant histoire, cuisine et adaptation au changement climatique. Mahanta a maintenant aidé une douzaine d’autres agricultrices à semer du mil, longtemps un aliment de base en Asie et en Afrique, avant que le riz, le blé et le maïs ne commencent à prendre leur place dans les champs et dans les menus il y a environ six décennies. Mais cette culture oubliée fait un retour en force à l’échelle mondiale grâce à sa haute valeur nutritionnelle et sa capacité à pousser sur des terres arides – cruciales pour son attrait alors que le changement climatique alimente des sécheresses plus fréquentes et plus intenses. Assis sous la canopée ombragée de l’arbre, attendant une mousson réticente, des volontaires ont coupé des feuilles de curry et des piments verts pour en faire une pâte à l’éleusine pour faire des beignets tandis que les organisateurs vantaient ses bienfaits diététiques. Lorsque Bhanumati Mahanta, 62 ans, a semé du mil dans sa ferme pour la première fois l’année dernière, son objectif n’était pas de s’attaquer aux problèmes posés par les pluies de plus en plus rares dans la région , mais de s’assurer que son défunt mari mangeait des aliments sains pour lutter contre son diabète. »Mon mari m’avait encouragée à cultiver du mil, mais il n’a pas survécu pour voir la récolte », a-t-elle déclaré, enfonçant un doigt dans le sol sec pour transplanter des plants de mil sous un soleil matinal rigoureux. « Pendant des décennies, nous avons cultivé du riz hybride en utilisant des engrais et des pesticides. Nous avons consommé le même riz. Je comprends maintenant que tout était toxique », a déclaré Mahanta. A noter que la Fondation Thomson Reuters promeut la diffusion des informations à travers sa plate-forme Numérique Mondiale Openly mais aussi l’événementiel à travers Trust Conférence qui se déroule annuellement à Londres et la facilitation d’une assistance juridique gratuite aux ONG et aux entreprises sociales du monde entier à travers TrustLaw qui son service pro bono mondial .Babaclimat/ Roli Srivastava, Bukola Adebayo/Fondation Thomson Reuters/Karif Wat.

Laisser un commentaire