0 4 minutes 1 semaine
Spread the love

Plus d’une vingtaine d’exposants présentent leurs solutions au Salon des Carrefours Agricoles de la Vallée du Fleuve ; un événement  qui s’inscrit  dans l’élan de regroupement   de toutes les opportunités que regorge la Vallée dans le cadre  de l’accroissement de la productivité agricole et la résilience des populations  dans un contexte de changements climatiques.

Au Stand Feed the future Doolel Mbay en wolof, Adia Mbene Sarr et Stéphanie informent que  des solutions  sont apportées dans l’accompagnement des communautés.

Elles ont saisi cette occasion de donner un aperçu sur le Projet Feed the Future Sénégal Dooleel Mbay financé par l’Agence des États-Unis pour le  développement international (USAID),  un projet d’appui aux chaînes de valeur  agricoles qui s’inscrit dans la continuité du Projet Croissance Économique (2009 – 2014)  et de Feed the Future Sénégal Naatal Mbay  (2015 – 2018) selon Stéphanie préposé au stand de Feed The Future  Dooleel Mbay Sénégal.

 Ce projet selon Adia Mbéne  préposé du stand ,  est animé par les principes  directeurs suivants notamment  les systèmes de marché  agro-alimentaire et les chaînes de valeur  agricoles ; la mise à l’échelle, et le  développement positif des femmes et des  jeunes.

Elle ont largement passé en revue les objectifs de Dooleel Mbay notamment l’atteinte  de  170 000 ménages (soit 60 % des  ménages agricoles de la zone  d’intervention) mais aussi de 100 000 jeunes, 138 000  femmes et 230 000 micros, petites et  moyennes entreprises (MPME) dans les  sous-zones géographiques d’intervention  pour le renforcement de l’écosystème des affaires grâce à une approche inclusive et durable, l’augmentation et la  diversification des sources de revenus des ménages afin de réduire le taux de prévalence de la pauvreté et accroitre la  sécurité alimentaire et la résilience aux chocs climatiques.

Au-delà de cet objectif Dooleel Mbay vise plus spécifiquement selon les responsables du stand , l’accroissement de la productivité sur l’ensemble des maillons des chaines de valeur ciblées ; l’augmentation de l’emploi et du développement des entreprises dans les principales chaînes de valeur  alimentaires ;l’ accès accru aux marches à travers l’augmentation des relations commerciales entre les acteurs des  chaines de valeur ;l’amélioration de l’environnement des affaires pour la compétitivité des MPME, l’augmentation des  investissements privés dans l’agriculture dans les zones rurales à travers le dialogue public-privé ;le renforcement des capacités de gestion des risques et de la résilience climatique ;l’autonomisation économique accrue des femmes et des jeunes ;la contribution accrue des chaînes de valeur alimentaires ciblées à la nutrition ;l’accès accru aux technologies numériques, de l’information et de la communication  et une enfin  une réponse aux impacts de la guerre Russie-Ukraine sur le système alimentaire et l’accès aux fertilisants.

Autant de raisons dont jugent pertinentes  Adia Mbéne et Stéphanie  pour venir  au Salon  nous permettant  de partager avec les Agriculteurs les principaux défis  auxquels ils sont confrontés  et relatifs au développement  du secteur agricole de manière générale .

Babacar Sene Journal Agropasteur / babaclimaat

Laisser un commentaire