0 9 minutes 2 mois
Spread the love

Ce 29 avril 2024, 19 dirigeants africains se sont rassemblés lors d’un sommet d’envergure, résolus à joindre leurs forces pour atteindre les objectifs de développement à travers le continent annonce le Communiqué de Presse reçu

 Il en résulte un programme ambitieux destiné à améliorer le niveau de vie et à ouvrir de nouvelles perspectives.

Cette initiative fait de l’Association internationale de développement (IDA) de la Banque mondiale un pilier pour relever ces défis.

Les dirigeants africains dévoilent un programme de transformation audacieux, soutenu par une puissante nouvelle coalition où les dirigeants d’Afrique s’engagent à mener des réformes économiques ambitieuses, avec l’IDA de la Banque mondiale informe le communiqué de presse reçu ;

Dans un élan historique de volonté commune, 19 chefs d’État africains se sont réunis à l’occasion d’un grand sommet, résolus à concentrer leurs efforts pour réaliser les aspirations de développement sur l’ensemble du continent. Ce programme ambitieux, qui vise à améliorer considérablement les conditions de vie ainsi qu’à créer de nouvelles opportunités, positionne l’Association internationale de développement (IDA) de la Banque mondiale comme un élément essentiel du succès.  Au-delà des déclarations, le sommet a vu la naissance d’un partenariat important – une coalition réunissant la société civile, les fondations, le secteur privé et les jeunes et qui défendra une reconstitution robuste et ambitieuse des ressources de l’IDA, pour alimenter le moteur de développement de l’Afrique.  Un communiqué post-sommet a détaillé l’engagement indéfectible des dirigeants à renforcer la gouvernance, libérer le potentiel du secteur privé pour la création d’emplois, mobiliser les ressources nationales et tenir les promesses en matière de changement climatique. L’accroissement de l’accès à l’énergie et au numérique, ainsi que l’amélioration de la résilience au changement climatique et aux conflits étant également au nombre des priorités.  Le gouvernement du Kenya et le Groupe de la Banque mondiale qui organisaient conjointement le sommet, ont chacun souligné le rôle essentiel de l’IDA – le fonds de la Banque mondiale axé sur les personnes les plus défavorisées – et de la communauté mondiale pour soutenir les aspirations de l’Afrique.  Dr. William Ruto, président de la République du Kenya, a souligné l’urgence du changement pour le continent et son désir de capitaliser sur l’opportunité de ce moment charnière. Défendant avec ardeur le renforcement des contributions des donateurs à l’IDA-21, il a aussi souligné son rôle dans les changements transformateurs en Afrique, et dans le monde entier.  « Notre peuple et nous, les dirigeants de l’Afrique, sommes impatients de voir le changement s’opérer et nous voulons transformer le continent en ce moment de formidables opportunités », a déclaré le président Ruto. « L’IDA a été et doit rester un partenaire de développement fiable pour l’Afrique, et nous exhortons les donateurs à renforcer leurs contributions à l’IDA-21 afin qu’ensemble nous puissions avoir un impact transformateur pour une Afrique meilleure, et pour un monde meilleur. »  Faisant écho à ces propos, Ajay Banga, le président du Groupe de la Banque mondiale, a souligné la nécessité d’un soutien mondial indéfectible, en particulier de la part de l’IDA, alors que l’Afrique trace sa voie vers un avenir prospère et progressiste.  « Nous sommes unis par une vision commune pour l’avenir de l’Afrique – un continent riche en diversité, en culture et en potentiel, grâce à ses jeunes et à ses ressources naturelles », a déclaré Ajay Banga. « Ce sont les ingrédients qui peuvent alimenter notre avenir. L’Association internationale de développement a été un partenaire indéfectible dans le parcours du développement de l’Afrique, et ce sommet symbolise notre engagement collectif à accélérer les progrès. Ce qui exigera davantage de l’IDA, du Groupe de la Banque mondiale, des gouvernements et du secteur privé. »

 Depuis des décennies, l’IDA est un puissant moteur de croissance économique en Afrique. Il favorise le progrès grâce à des subventions et à des prêts très concessionnels, en stimulant les investissements stratégiques dans la création d’une main-d’œuvre qualifiée et en bonne santé et en soutenant les secteurs créateurs d’emplois comme l’agriculture. Les récents efforts visant à simplifier l’accès à son soutien ont encore amélioré son efficacité.  L’IDA soutient actuellement 75 pays, dont 39 en Afrique. Plus de 70 % de ses ressources sont destinées au continent, jouant un rôle essentiel dans la réalisation de l’objectif du Groupe de la Banque mondiale de fournir de l’électricité à 250 millions d’Africains d’ici 2030.  L’appel à la reconstitution des ressources intervient dans un contexte de difficultés multiples et interdépendantes : pandémies, changement climatique, insécurité alimentaire, fragilité et conflits. L’Afrique regorge pourtant de potentiel avec de vastes ressources naturelles, un ensoleillement abondant et une population jeune qui connaît la croissance la plus rapide au monde.  Amplifier le soutien unanime à la vision audacieuse de l’Afrique et exploiter la force de la coalition nouvellement formée peuvent contribuer à assurer un avenir indéniablement radieux au continent.  Les dirigeants représentant la coalition de jeunes du monde entier, du secteur privé et de la société civile ont souligné la nécessité d’une solide reconstitution des ressources de l’IDA-21 et se sont engagés à travailler en partenariat.  Ndidi Nwuneli, présidente et directrice générale de la campagne ONE, a déclaré : « IDA-21 doit être différente et transformatrice. Ce qui signifie que nous devons travailler collectivement pour nous assurer de la solidité et de l’ambition d’IDA-21 et qu’elle est mise en œuvre avec transparence et responsabilité pour les citoyens africains, en veillant à ce que nous construisions des économies stables et résilientes pour l’avenir ».  Sellah Bogonko, directrice générale de Jacob’s Ladder, qui représentait un échantillon représentatif de la jeunesse africaine, a déclaré : « Le véritable leadership ne concerne pas seulement les personnes en place, mais chacun d’entre nous qui fait l’impossible, chaque jour, à sa manière. Nous, les jeunes, ne nous contentons pas de demander ce que vous pouvez faire pour nous. Nous sommes prêts à créer conjointement des solutions avec vous, nos dirigeants élus, avec le soutien de l’IDA ».  James Mwangi, directeur général d’Equity Group Holdings, a déclaré : « Cet événement témoigne de notre engagement à promouvoir le développement durable et l’inclusion financière. Ensemble, avec l’IDA, nous ouvrons la voie à l’autonomisation économique et à la transformation de nos communautés, en façonnant un avenir meilleur pour tous ».  Nir Bar Dea, directeur-général de Bridgewater Associates, a déclaré : « L’Afrique devrait disposer de la plus grande main-d’œuvre au cours de la prochaine décennie et, d’ici 2075, un tiers de la population mondiale sera africaine. Pourtant, aujourd’hui, l’accès aux ressources essentielles à la croissance économique que la reconstitution de l’IDA peut contribuer à garantir, se heurte à des difficultés. Nous nous appuyons sur la mission de Bridgewater qui consiste à comprendre le monde, et à transformer nos idées et nos recherches en résultats, en fournissant une compréhension plus approfondie de la manière dont IDA-21 modifiera la trajectoire économique des nations africaines, et des économies et marchés mondiaux. »

 Hugh Evans, cofondateur et directeur général de Global Citizen, a déclaré : « L’Afrique a la population la plus jeune de tous les continents et présente la plus grande opportunité de développement au monde pour les 30 prochaines années – seulement si les nations les plus riches cessent de réduire l’aide au développement et investissent le financement nécessaire pour s’attaquer à la pauvreté énergétique. Grâce à une IDA pleinement financée et fonctionnelle, les jeunes du continent pourront se réaliser pleinement. » babacar sene journal Agropasteur/babaclimat

Laisser un commentaire