0 5 minutes 1 mois
Spread the love

Dans leurs déclarations finales, de nombreuses parties ont souligné la nécessité, entre autres : définir un nouvel objectif quantifié collectif ambitieux en matière de financement climatique, conforme aux besoins des pays en développement ; mettre en œuvre les résultats de la première TPS, notamment en ce qui concerne l’atténuation renforcée ; accélérer les travaux sur les indicateurs d’adaptation ; et rendre opérationnel et assurer une capitalisation adéquate du nouveau fonds pour pertes et dommages. Divers groupes et parties ont exprimé leur déception face aux conclusions adoptées concernant le GGA et la question de la recherche et de l’observation systématique. En ce qui concerne ce dernier point, de nombreuses parties ont souligné l’importance d’identifier les besoins en matière de recherche pour éclairer une réponse ciblée de la communauté scientifique, et ont invité le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat à envisager de mieux aligner son septième cycle d’évaluation sur les processus de la CCNUCC. Beaucoup, comme l’Alliance des petits États insulaires (AOSIS), l’Union européenne et le Groupe pour l’intégrité environnementale, ont souligné la nécessité d’adopter une décision substantielle sur l’atténuation lors de la prochaine réunion à Bakou, en novembre 2024. Ils ont noté qu’elle devait répondre aux résultats de la première TPS dans le cadre de l’Accord de Paris et éclairer la préparation de contributions déterminées au niveau national qui sont alignées sur les trajectoires 1,5°C.. La plénière de clôture de l’Organe subsidiaire de conseil scientifique et technologique (SBSTA) et de l’Organe subsidiaire de mise en œuvre (SBI) de la CCNUCC s’est finalement réunie dans la soirée. Malgré des heures de consultations à différents niveaux, aucune résolution n’a pu être trouvée sur le programme de travail d’atténuation, qui vise à favoriser l’augmentation urgente des ambitions d’atténuation et leur mise en œuvre au cours de cette décennie critique, d’une manière qui complète le Bilan mondial (GST).Tout au long de l’après-midi, de plus en plus de documents de ce type ont été affichés. Sur un certain nombre de questions, les délégués n’ont pas réussi à parvenir à un accord sur le fond, mais la plupart ont convenu de poursuivre l’examen des questions respectives lors de la prochaine réunion à Bakou, en tenant compte des discussions tenues à Bonn, telles que reflétées dans les notes informelles. Comme c’est souvent le cas, beaucoup de choses restaient en suspens au début de la dernière journée de la Conférence sur le climat de juin 2024. La seule question qui figurait au programme des négociations de la journée était l’Objectif mondial sur l’adaptation (GGA). Les discussions sur toutes les autres questions en suspens ont été menées de manière informelle, laissant la plupart des délégués actualiser frénétiquement la page Web de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) pour voir si de nouveaux projets de conclusions avaient fait leur apparition. Beaucoup ont exprimé leur déception face au manque de progrès sur une série de questions et ont exprimé leurs inquiétudes quant au processus, notamment en ce qui concerne les discussions sur le programme de travail sur l’atténuation .Ainsi, après deux longues semaines de travail, la Conférence de Bonn sur le climat du 3 au 13 juin 2024 a pris fin ce vendredi 14 juin 2024 ; Une occasion pour le secrétaire exécutif, Simon Stiell, de souligner « que le statu quo est une recette pour l’échec et que le succès nécessite de s’efforcer plus sérieusement de réduire les divisions ».Babaclimat /IISD /ENB

Laisser un commentaire