0 13 minutes 7 mois
Spread the love

Un point fait, à travers une rencontre avec la presse, organisée, ce 9 décembre 2023, à Dubaï, aux Emirats arabes Unis par Son Excellence, l’honorable Collins Nzovu, député, ministre de l’Économie verte et de l’Environnement de Zambie en tant que président du Groupe africain des négociateurs sur le changement climatique (AGN).De sa déclaration nous tirons les décisions à prendre à la COP28 axées sur quatre points essentiels à savoir :L’adaptation les pertes et dommages , le Bilan Mondial (GST) et les voies d’une transition juste Pour Son Excellence, l’honorable Collins Nzovu, député, ministre de l’Économie verte et de l’Environnement de Zambie président du Groupe africain des négociateurs sur le changement climatique (AGN). »Nous souhaitons remercier, avant de commencer, le gouvernement des Émirats arabes unis et le président de la COP28 en particulier pour les excellentes dispositions prises pour la Conférence et le leadership dont ils ont fait preuve jusqu’à présent lors de cette Conférence ;Il en outre réaffirmé son soutien au processus afin de parvenir à un résultat significatif et ambitieux à la COP28 et souhaité partager les réflexions sur l’état des négociations et indiquer bien clairement les attentes assouvies quant aux résultats de cette Conférence .Comme vous le savez, la COP28 a été considérée comme un moment crucial pour l’action climatique mondiale alors que nous faisons le point sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris de 2015.Pour nous, en tant que Groupe africain, nous sommes venus ici bien déterminés à garantir que la COP28 produise un bilan mondial juste et équilibré qui reflète une plus grande ambition qui donne la priorité à tous les éléments de l’action climatique, c’est-à-dire, l’adaptation, les pertes et dommages, l’atténuation et les moyens de mise en œuvre centrés consacrés aux capitaux propres ; une transition juste, un programme de travail visant à promouvoir le développement durable; et le financement climatique dans lequel les pays développés prennent des engagements financiers significatifs, à la fois en qualité et en quantité, sur la base de leurs obligations au titre de la convention sur le climat ainsi que l’Accord de Paris. A ce titre, nous espérons que la COP28 aboutira à des résultats tangibles qui reflètent les aspirations de l’Afrique, notamment en ce qui concerne la nécessité d’une meilleure adaptation au climat. Nous attendons un cadre solide sur les résultats de l’Objectif mondial d’adaptation (GGA) alors que le programme de travail touche à sa fin lors de cette session, et nous sommes déçus par le manque de progrès sur cette question importante au cours de la première semaine. Décisions que nous devons prendre à la COP28Nous sommes préoccupés par le manque de progrès sur diverses questions importantes pour notre groupe, notamment en matière de financement et d’adaptation. Cependant, à quelques jours de la fin de cette conférence, nous pensons pouvoir encore réaliser les axes de travail suivants :Nous réitérons que l’adaptation est une priorité clé pour le continent africain et un élément essentiel de la mise en œuvre de l’Accord de Paris. L’adaptation est une question de survie pour nous en Afrique. Au milieu de tous les sommets et réunions organisés pour discuter de cette question, ce dont les Africains ont besoin, c’est d’agir pour les aider à s’adapter à ce changement climatique. Comment pouvons-nous faire face aux sécheresses persistantes, aux tempêtes dévastatrices et à la montée des eaux qui menacent nos vies et nos moyens de subsistance ?Le mois dernier, le Programme des Nations Unies pour l’environnement a publié son rapport Adaptation Gap, qui a révélé l’ampleur du problème : un écart grandissant entre les besoins d’adaptation des pays vulnérables et le financement disponible jusqu’à présent. Le rapport révèle que l’écart est de 50 % plus grand qu’on ne le pensait auparavant et que les besoins d’adaptation sont désormais dix à 18 fois plus importants que les flux de finances publiques internationales. Nous souhaitons être d’accord avec le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, sur le rapport, qui a déclaré, et nous citons : « Des vies et des moyens de subsistance sont perdus et détruits, les plus vulnérables étant ceux qui souffrent le plus. Nous sommes dans une urgence d’adaptation. Nous devons agir en conséquence. Et prenez dès maintenant des mesures pour combler le déficit d’adaptation. La COP28 a pour mandat d’achever le travail entrepris au cours des deux dernières années dans le cadre de l’objectif mondial sur l’adaptation, en lançant un cadre solide en matière d’adaptation, le GGA (Global Goal on adaptation). Le résultat du GGA est le résultat le plus important pour l’Afrique à la COP28, sans lequel nous considérerions la COP28 comme un échec. Comme nous l’avons déjà dit, au cœur du processus se trouve l’élaboration d’objectifs qualitatifs et quantitatifs, dimensionnels et thématiques, fondés sur la science, mesurables et limités dans le temps pour nous aider à atteindre l’objectif relatif à l’adaptation. En outre, les moyens de mise en œuvre, y compris le financement, le renforcement des capacités et le transfert de technologie, constitueront un élément essentiel du GGA. Nous pensons que des travaux techniques supplémentaires pour atteindre l’objectif éclairé par la science seront nécessaires après l’adoption d’un cadre solide ici à Dubaï. Les pertes et dommages La suite donnée à la décision de la COP27 de Charm el-Cheikh. La création d’un nouveau fonds pour les pertes et dommages constitue une étape importante dans le processus multilatéral. Nous notons un début historique et positif pour cette Conférence, où le fonds pour les pertes et dommages a été opérationnalisé et les premiers engagements financiers pris en quelques minutes. Tout en nous félicitant de cette bonne nouvelle, nous nous méfions des engagements similaires pris dans le passé qui, de notre point de vue, n’ont pas été tenus. Nous espérons que ce ne sera pas le cas avec le fonds Pertes et dommages. Nous sommes également conscients du fait que les pertes et les dommages nécessitent des milliards, voire des milliards de dollars. Nous appelons donc à davantage de ressources afin de concrétiser l’objectif visé du fonds, à savoir faire face aux pertes et aux dommages. Nous souhaitons noter également l’adoption de la décision concernant l’opérationnalisation du Réseau de Santiago sur les Pertes et Dommages. Nous profitons de cette occasion pour féliciter nos équipes techniques de négociation qui nous ont représentés au Comité transitoire sur les pertes et dommages pour leur travail bien fait. Le financement est essentiel à la mise en œuvre de la Convention et de l’Accord de Paris L’Afrique a subi et continue de subir de plein fouet les effets néfastes du changement climatique et n’a pas reçu le soutien multilatéral requis pour relever le défi climatique. Les pays africains ont besoin d’accéder à des niveaux accrus de subventions et de financements concessionnels nouveaux, supplémentaires et prévisibles pour l’action climatique. Cependant, malgré les dispositions claires de l’Accord de Paris qui fixent le niveau d’ambition des pays en développement conditionnée par soutien apporté par les pays développés, nous continuons d’assister à un déclin de l’octroi de financements publics pour le climat en termes réels. Les pays développés n’ont pas atteint l’objectif de mobilisation de 100 milliards de dollars par an d’ici 2020. L’objectif de doubler le financement de l’adaptation par rapport aux niveaux de 2019 d’ici 2025 n’est qu’un engagement sur papier. Divers rapports démontrent les énormes besoins des pays en développement en matière de changement climatique et comment les flux financiers publics actuels pour le climat ne sont pas disponibles, inadéquats et manquent de qualité. Sur le Bilan Mondial (GST)Nous avons maintenant atteint la dernière étape de l’examen de la phase de résultats. Il est important que le résultat soit pratique et que toutes les parties puissent le mettre en œuvre efficacement. Dans l’article 2.1, l’Accord de Paris met l’accent sur la poursuite du développement durable et l’éradication de la pauvreté pour garantir que les plus pauvres et les plus vulnérables ne soient pas laissés pour compte alors que nous intensifions l’action climatique sur tous les fronts à la lumière de l’équité et des meilleures données scientifiques disponibles. Le résultat de la TPS doit donc être guidé par les principes de la CCNUCC et de l’Accord de Paris, en particulier les responsabilités communes mais différenciées et les capacités respectives à la lumière des différentes circonstances nationales. Le GST doit reconnaître explicitement les contraintes de développement de l’Afrique et les défis, et faciliter la fourniture d’un espace de soutien et de développement permettant au continent d’exploiter ses ressources naturelles et ses dotations pour atteindre les objectifs de développement durable. D’un autre côté, un développement juste et résilient à faibles émissions de carbone, s’il n’est pas correctement conçu, risque d’élargir l’écart de développement entre l’Afrique et le reste du monde. Ce n’est pas le genre de résultat avec lequel nous devons nous arrêter ici. Le résultat de du GST doit nous permettre d’atteindre l’objectif de l’Accord de Paris au sens le plus large du terme. Concernant les voies d’une transition juste Le Groupe africain se félicite de la mise en place de cet important programme de travail. Toutefois, pour faire progresser la mise en œuvre et le renforcement de la réponse mondiale à la menace du changement climatique, cela doit se faire dans un contexte d’équité et se concentrer sur le développement durable et l’éradication de la pauvreté. Nous devrions concevoir ici à Dubaï un programme de travail solide et complet comprenant des éléments, une portée et des modalités, qui reconnaissent les différentes voies permettant d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. Nous sommes impatients de collaborer de manière constructive avec toutes les parties pour un résultat réussi de la COP28.Babaclimat/journal agropasteur/www.agropasteur.com

Laisser un commentaire