0 6 minutes 5 mois
Spread the love

Le 7e Salon international de l’agriculture et de l’élevage (SIAEL) est ouvert ce 20 février 2024,par le Premier Ministre Son Excellence Monsieur le Premier Ministre Dr Apollinaire Joachim son Kyelem de TAMBELA à Silmissin dans la commune de Komsilga au Burkina Faso , Pour son promoteur Jean Victor Ouédraogo, après le triomphe contre le terrorisme, « le salut du Burkina Faso repose sur l’agriculture et l’élevage ».Le SIAEL bat son plein à Komsilga: Des produits agricoles sont en exposition et foisonnent à volonté; mais, aussi des bœufs issus de l’embouche bovine des acteurs et professionnels de l’élevage. Des zébus se négocient entre 1 million et 2 millions de FCFA Joseph Ouédraogo exposant de la région du Nord, 50 ans d’activités, échange son gros zébu à 2 millions de FCFA et l’autre à 1 million 50 mille FCFA. Son collègue Moumouni Zoromé vend son animal à 1 million de FCFA.250 exposants en provenance du Burkina Faso, du Mali, du Niger, de l’Algérie et du Maroc y sont présents. Le Mali est le pays invité d’honneur au Salon International de l’Agriculture de l’Environnement et de L’Elevage (SIAEL) à Komsilga. Les participants Maliens représentent à ce salon plus de 10 interprofessions à savoir :L’interprofession de la filière Mais ; de la filière Mangue ; de la filière Karité ; de la filière Poisson; de la filière Anacarde; de la filière Riz; de la filière Sésame; de la filière Pomme de terre ;de la filière Oignon ;de la filière Viande Bétail ; de la filière gomme arabique; de la filière Coton; de la filière Avicole; de la filière Lait et de la filière Blé. Toutes les interprofessions aussi bien du Burkina que du Mali se sont retrouvées le jeudi dernier sur le site du SIAEL afin de partager leurs différentes expériences et de trouver des solutions aux difficultés que rencontrent les différentes filières dans les deux pays Les producteurs de pommes de terres de Ouahigouya regroupés autour de la, Coopérative Al Yousra sont présent au salon international de l’Agriculture pour la présentation de la pomme de terre produits au Burkina Faso dans la région du Nord Ouahigouya. Le Made In Burkina est devenu une réalité. Si fièrement le Burkina sera autosuffisant sous peu en Pomme de, Terre et réduira ipso facto la dépendance extérieure. L’Afrique doit se lancer dans cette voie originelle de développement du continent. Ce qui se réussit ailleurs peut bien l’être ici pour assurer notre souveraineté alimentaire mais, aussi le développement économique et social. C’est seulement à ce prix que le développement du commerce intra Afrique se développe .Il s’agira d’élargir la participation d’autres pays comme le, Sénégal avec son riz son sésame le fonio et l’arachide sout à côté du Mali avec le bétail et le Burkina la pomme de terre l’igname le karité à côté d’autres pays comme le Togo le Bénin chacun dans sa spécificité. Les exportations d’un pays sont influencées par ses richesses naturelles, les facteurs exo- gènes et ses politiques macroéconomiques et commerciales .Ce qui favorise les échanges en Afrique contrairement à ce qu’on nous fait croire mettant en relief les Nouvelles technologies et Internet qui nous influencent et nous distrayant à longueur de journée diminuant nos crédits de travail .La Mondialisation oui mais la Souveraineté alimentaire et l’Indépendance économique. aussi. Les pays africains gagneraient à développer et diversifier leur participation au commerce international et aux chaînes de valeur mondiales pour réduire la pauvreté à grande échelle et transformer les économies du continent. Une bonne initiative d’organiser le Salon International de l’Agriculture et de l’Elevage (SIAEL . Une occasion selon les organisateurs de mettre en exergue les deux piliers de nos économies africaines que constituent l’Agriculture et l’élevage qui doivent s’imposer aujourd’hui pour mériter d’être promus et mis en orbite pour de manière significative absorber l’employabilité la souveraineté alimentaire la génération de revenus et l’industrialisation à travers la transformation. En cela que les africains puissent mutualiser leurs moyens et mettre en synergies les actions d’organisation de salons ou de foire à l’instar de la Foire Internationale de Dakar au Sénégal ; le SARA le Salon de l »Agriculture et des Ressources, Animales, le SIAEL et le SIATEL au Togo et les foires et salons dans les autres pays entre autres. Quoique de plus normale et décent de nous reconnaître nos potentialités pour de manière décisive lever les équivoques face aux clichés discriminatoires infligés à notre continent face à la famine, la faim, la pauvreté ,le chômage et le manque de revenus des jeunes et de femmes Babacar sene agropasteur /babaclimat/ www.agropasteur.com

Laisser un commentaire