0 5 minutes 2 mois
Spread the love

L’analyse est de Chris Chase l’auteur qui est le rédacteur associé de SeafoodSource, basé à Portland, dans le Maine qui estime que les perspectives économiques globales en 2024 sont difficiles à prédire, selon la Banque mondiale, et pourraient changer en fonction d’un certain nombre de facteurs, notamment une inflation étonnamment tenace dans les économies avancées, une croissance plus faible que prévu en Chine ou l’escalade des conflits géopolitiques. comme les guerres en Ukraine et au Moyen-Orient. Mr Chris considèrent également que les prévisions de la banque pourraient également sous-estimer le rythme de la croissance, car elle estime qu’une activité économique résiliente et une inflation en baisse aux États-Unis pourraient maintenir une croissance plus forte que la question interpelle plus d’un au Seefood 2024 à Barcelone en Espagne qui constitue le le plus grand Salon mondial des fruits de mer. Même si des défis subsistent estime M Chris , , les analystes des produits de la mer et les entreprises semblent plus optimistes quant à 2024.Début 2023, les économistes prédisaient que les États-Unis étaient – ​​ou seraient bientôt en récession – en récession, tandis que l’UE était confrontée à des prévisions similaires, à savoir un ralentissement de la croissance et une inflation élevée. Lors de la conférence sur le marché mondial des fruits de mer début 2023, Tim Quinlan, économiste principal chez Wells Fargo, a déclaré qu’une récession était « enracinée » pour les États-Unis, alors que des signes indiquaient une baisse de la confiance des consommateurs et une inflation la plus élevée depuis 40 ans. Fin 2022, la Commission européenne a publié ses prévisions économiques, affirmant que l’économie de l’UE était à « un tournant » et prévoyant une contraction de l’activité économique au premier trimestre 2023, la plupart des États membres devant « connaître une récession technique » au cours de l’hiver. de fin 2022 et début 2023.Aujourd’hui, un an plus tard, il est clair que certaines de ces prédictions n’étaient pas entièrement exactes. À l’automne, les prévisions économiques de l’UE étaient passées à « une modeste reprise à venir » et, lors de la conférence sur le marché mondial des produits de la mer début 2024, les économistes prévoyaient une baisse de l’inflation aux États-Unis alors que la confiance des consommateurs continuait de revenir .Pourtant, le dernier rapport de la Banque mondiale montre que les perspectives économiques sont loin d’être idéales. Il ressort que la production économique mondiale diminuera légèrement en 2024 et que les années 2020 à 2024 ont vu le début de la croissance mondiale le plus faible en une décennie depuis les années 1990. La banque a déclaré que la croissance en Chine et aux États-Unis devrait ralentir, tandis que l’Europe ne connaîtra qu’une légère croissance en raison d’une baisse de l’inflation qui stimulera les salaires réels. Le rapport de la Banque mondiale indique également que l’UE connaîtra une inflation élevée et persistante, ce qui empêchera probablement l’assouplissement des politiques monétaires dans la plupart des économies, ce qui pèsera sur la consommation privée. Les perspectives économiques globales en 2024 sont difficiles à prédire, selon la Banque mondiale, et pourraient changer en fonction d’un certain nombre de facteurs, notamment une inflation étonnamment tenace dans les économies avancées, une croissance plus faible que prévu en Chine ou l’escalade des conflits géopolitiques. comme les guerres en Ukraine et au Moyen-Orient. Les prévisions de la banque pourraient également sous-estimer le rythme de la croissance, car elle estime qu’une activité économique résiliente et une inflation en baisse aux États-Unis pourraient maintenir une croissance plus forte que prévu..A noter que Chris Chase l’auteur de l’analyse est le rédacteur associé de Seafood Source, basé à Portland, dans le Maine. Babacar sene journal Agropasteur /babaclimat

Laisser un commentaire