0 4 minutes 7 mois
Spread the love

Une priorité pour l’Afrique face à la promotion d’une agriculture intelligente face au climat bien reconnue par la BADEA à mis à profit l’organisation de la COP28 aux Emirats Arabes Unis à Dubaï pour offrir une session de présentation sur l’Agriculture Intelligente face au changement climatique qui permettra non seulement aux institutions spécialisées de présenter leurs plans et initiatives sur l’Agriculture intelligente face au climat en Afrique mais aussi présenter ses opportunités de financement et de celles des autres IFD. Ainsi à la Zone 7 au Pavillon 87 au 1er étage au Stand 205, l’espace ne sera pas de trop pour accueillir la BADEA et les institutions spécialisées et d’autres IFD pour faire de la promotion d’une agriculture intelligente face au climat une priorité. Ce qui constitue l’objectif visé la fortifiant ainsi dans sa trajectoire de l’atteinte d’une productivité accrue où il s’agira non seulement de : produire des aliments plus nombreux et de meilleure qualité pour améliorer la nutrition et la, sécurité alimentaire mais aussi augmenter les revenus, en particulier de 75 pour cent des pauvres du monde qui vivent dans les zones rurales et dépendent principalement de l’agriculture pour leur subsistance mais aussi d’améliorer la résilience à travers la réduction de la vulnérabilité à la sécheresse, aux ravageurs, aux maladies et autres les risques et chocs liés au climat ; et améliorer la capacité d’adaptation et de croissance face de stress à long terme comme des saisons raccourcies et des conditions météorologiques irrégulières.et de réduire les émissions pour chaque calorie ou kilo de nourriture produits, éviter la déforestation due à l’agriculture et identifier les moyens d’absorber le carbone hors de l’atmosphère. Si l’on considère que le secteur agricole est le secteur le plus sensible en matière de changement climatique où 90% de l’Agriculture est pluviale en Afrique est pluviale meilleure option sure ne pouvait être que l’Agriculture intelligente face au climat (AIC) qui est une approche intégrée de gestion des paysages et des terres cultivées,. Mais également du bétail, des forêts et des pêcheries; Elle répond véritablement dans une vision globalisante aux défis interdépendants de la sécurité alimentaire et de l’accélération du changement climatique face à un Continent décrit par la BADEA où plus de 225 millions de personnes sont sous-alimentées constituées par les familles d’agriculteurs ;et qui subit à plein fouet la sur représentativité parmi les pauvres. A noter que la Banque arabe pour le développement économique en Afrique est un organisme financier ayant pour objectif d’être une banque mondiale pour les pays africains. Créée le 28 novembre 1973, et opérationnelle depuis mars 1975 la BADEA vise à contribuer au développement de la coopération économique, financière et technique arabo-africaine, concrétisant ainsi la solidarité arabo-africaine basée sur l’égalité et l’amitié. A cette fin, la Banque est chargée de :Contribuer au financement du développement économique dans les pays africains, Encourager la participation des capitaux arabes dans le développement économique africain, Contribuer à la fourniture de l’assistance technique nécessaire au développement de l’Afrique .Babaclimat/journal Agropasteur/www.agropasteur.com

Laisser un commentaire